Publié par Laisser un commentaire

Comment changer la pierre de son briquet ?

Votre briquet CLIPPER ne fait plus d’étincelle ? C’est peut être le signe qu’il est temps de changer la pierre tout simplement.

Comment faire ? C’est tout simple !

1 DETACHEZ LA COLONNE du briquet en tirant dessus

retirer la colonne
Détacher la colonne

 

2 AVEC UN PINCE (bon beaucoup de gens le font avec les dents 😉 ) dévissez la partie blanche au bout de la colonne, et sortez le ressort.

devisser le bout de la colonne
Dévissez la colonne

 

ressort de la colonne
Tirer pour sortir le ressort
enlever le ressort
Retirez le ressort

 

3 RETIRER LA PIERRE restant, au besoin en tapant un peu la colonne sur la table

pierre
Colonne dévissée

 

4 METTRE UNE NOUVELLE PIERRE

pierre dans la colonne
Remettre une pierre neuve

 

5 REMETTEZ LE RESSORT et la partie blanche, puis revissez

devisser le bout de la colonne
Revissez la colonne

 

6 REPLACER LA COLONNE dans le briquet : attention ! il y a un sens : c’est le côté avec le petit rebord en dessous de la molette vers l’intérieur du briquet.

petit rebord de la colonne
Attention le petit rebord !

 

7 ET VOILA, c’est reparti !

flamme clipper
Re marche !

 

Publié par Laisser un commentaire

Tailles et types des plongeurs et des douilles

Pas facile de s’y retrouver dans les pièces détachées pour bong …

Les plus simples ce sont les plongeurs et les douilles. La douille, ou foyer, est la partie du bong qui accueil la substance que l’on veux fumer.

Les plongeurs

Le plongeur est la partie qui « plonge » dans l’eau de la pipe et qui permet de conduire la fumée dans la pipe et de la faire barboter dans l’eau, avant qu’elle ne continue son chemin et soit absorbée. Il peut être soit en verre soit en métal, droit ou parfois courbé (pour ceux en métal uniquement).

plongeur metal
Plongeur et douille en métal dans un bong en acrylique

 

plongeur verre
Plongeur et douille sur un bong en verre

 

plongeur 19mm
Un plongeur en verre

Sur les bongs en acrylique on trouve des plongeurs en métal. Ils sont toujours constitués en 3 parties : la cuve, le plongeur et un anneau de raccord entre les deux. (parfois l’anneau est intégré sur le plongeur, donc non dévissable du plongeur,  sur le modèle économiques) Toutes ces pièces on des pas de vis standard et 99% des cuves en métal peuvent aller sur les tout les plongeurs en métal. A noter qu’on peut à présent mettre des cuves en verre sur des plongeurs en métal par l’intermédiaire d’un adaptateur.

Pour les bangs en verre, les plongeurs et les cuves sont en verre.

Il existe les « plongeurs-douille » en une seule partie, ou « plongeur simple », principalement pour les petite pipe à eau comme la pipe à eau rasta, ou le bang kamasutra.

Plongeur une seule partie
Plongeur avec douille non séparable

 

Mais dans la plus part des bangs haut de gamme on trouve des « plongeurs-séparés »; la douille et le plongeur sont séparés. Une partie grise à la base de la cuve et sur le plongeur assure l’étanchéité ; c’est ce qu’on appel le rodage, ou verre dépoli. Le verre a été abrasé, et rendu légèrement rugueux. Ainsi deux pièces de même diamètre qui sont rodées s’imbriquent parfaitement l’une dans l’autre.

rodage
Deux tubes en verre avec les bouts rodés s’emboitent hermétiquement.

Il existe deux diamètres de rodage, la 14 mm et la 19 mm.

rodage 19 et 14
Les deux rodages existants 19 & 14 mm

 

C’est pour ça que si vous cherchez un plongeur ou une douilles en verre, le vendeur vous demandera quelle diamètre. Une douille de 14 ne pourra pas aller directement sur un plongeur de 19. (mais on pourra se servir d’un adaptateur)

Les plongeurs ont deux rodages ; un extérieur pour assurer l’étanchéité avec le bang, et un interne pour assurer l’étanchéité avec la douille.

detail rodage plongeur
Détail des rodages d’un plongeur

Pour bien choisir son plongeur il faut donc connaître les rodages externe et interne. Ce sont généralement les même, mais il existe des plongeurs avec du 19 à l’extérieur et du 14 à l’intérieur. Et en plus il faudra savoir la longueur du plongeur . Trop court il ne plongera pas assez ou pas du tout dans l’eau, trop long il touchera le fond…

plongeurs de differentes longueur
Différentes tailles de plongeurs

Si vous le cassez essayer de garder les morceaux pour les apporter au magasin, si vous n’avez pas noté les caractéristiques avant.

Une autre caractéristique des plongeurs en verre est que le bout qui plonge dans l’eau peut etre différent suivant les modèles : simple, à fente, ou à tours. Le tirage ne sera alors pas le même, et l’utilisation du bang non plus ; pas question de « couler » la douille avec un plongeur à trous.

plongeur simple
Bout d’un plongeur simple

 

plongeur a diffuseur
Bout d’un plongeur avec fentes de diffusion

 

plongeur a trous
Plongeur à trous

 

Les douilles

Douilles, foyer, cuve, c’est la même chose. Ils peuvent être en verre, en alu, en acier, en bois, ou en pierre. Petit, moyen, grand, a fond plat, en cône, avec petit trou, grand trou, on trouve plein de cuves différentes. Pour plante, pour huile..

Les douilles en verre

Les douilles verre doivent d’abord être choisies en fonction du rodage, puis en fonction de la taille et ce qu’elles peuvent contenir. Leur look peut être aussi important. Pour donner un look plus cool à un bong un peu triste et en faire un bang stylé, ou pour mieux pour le rendre encore plus beau avec une cuve artisanale.

Ci dessous des cuves coniques classiques, plus ou moins larges

cuves coniques
Cuves plus ou moins coniques

 

cuve bol
Cuve en forme de bol

Ci dessous un exemple de cuves  faite à la main en pâte de verre.

 

cuve griffe bleu
Cuve griffe bleue

La taille du trou aussi importe beaucoup. En France la demande se fait généralement sur des douilles à trou petit à moyen, pour pouvoir mettre le tabac directement sans grille, et ainsi pouvoir « couler » en une seule fois facilement. Pratique barbare spécifique à la France…

Ci dessous cuve à double fond et petit trou

cuve a double fond
Cuve à double fond, sous le trou il y a encore un espace d’expansion pour la fumée

A l’étranger (USA, Allemagne etc…) les habitudes sont différentes et les gens préfèrent fumer calmement dans la longueur, en plusieurs aspirations, en soulevant la cuve grâce à une petite poignée, pour faire passer de l’air.

cuve a poignee
Douille avec une petite poignée pour soulever pendant qu’on fume et laisser passer de l’air frais

Ils utilisent donc des cuves à trou moyen voir  large et y place une grille au fond.

cuve a trou extra large
Certaines cuve ont un trou très large et s’utilisent avec des grilles

 

Certaines douille ont un fond sans trou unique mais plat avec plusieurs petites fentes, qui s’utilise pour d’autre type de tabacs.

cuve a grillage de verre
Cuve avec le fond en verre spécial sans trou unique

Certaines douilles en verre s’appelles des « ash catcher » : attrapeur de cendres : leur forme permet de retenir les cendres et évitent une bonne partie des salissures dans le bang, et permet un premier refroidissement de la fumée. On peut y mettre de l’eau. On trouve ces cuves « de série » sur certains type de bang comme les « Fly » de chez Black Leaf.

 

Le ash catcher : la cendre reste au fond
Le ash catcher : la cendre reste au fond

Les douilles en métal

Sur les cuves en métal le pas de vis ne change pas c’est toujours le même. Seul peuvent changer la taille de la cuve, sa forme et sont trou. On trouve des cuves en entonnoir, en bol, plat. LE choix dépendra de votre façon de fumer (doucement ou en faisant « tomber » la cuve), et votre « appétit », et votre type de tabac.

exemple de cuves metal
Exemple de cuves métal

 

exemple de foyer metal
Exemple de diamètres de cuves

Dispositifs spéciaux

On trouve parfois sur certains bangs acrylique haut de gamme comme le Black Leaf série BL un dispositif sur la douille : le lift off.

Il s’agit d’un embout qui se place sur le plongeur à la place de la bague habituelle, et d’un anneau qui se vis sur la douille. L’anneau et la douille viennent ensuite s’assembler sans vis par simple contact. Plus besoin de visser et dévisser votre douille, il suffit de la faire « décoller » (lift off !) d’un simple geste.

systeme lift-off
douille – lift off – plongeur
LIFT OFF
Système lift off monté
LIFT OFF DEFAIT
La douille se détache rapidement !

 

LIFFT OFF BRANCHE
La douille comme avec un anneau classique
Publié par Laisser un commentaire

Qu’est ce qu’un icebang ?

Vous avez peut être déjà remarqué sur certains bangs en verre 3 petites pointes qui rentrent dans la colonne du bang :

ice bang
Un ice bang avec ses 3 pointes caractéristiques

Qu’est ce que c’est ?… C’est tout simple ; comme son nom l’indique cette chose à a voir avec la glace : en fait ces 3 pointes vous permette de laisser glisser (doucement !) des glaçons dans la colonne du bang. Votre fumée va ainsi être rafraichie, et sera plus douce.

icebong sur black leaf
Icebong sur bong en verre épais, avec coloration des pointes

Comme on peut le voir sur cette photo, les 3 pointes forment une plateforme pour retenir les glaçons, c’est tout simple mais il fallait y penser !

Les ice bang ne se retrouve jusqu’a présent que sur certains bangs en verre. Ils sont plus rare sur les bangs acrylique ; à ce moment là ce sont principalement des « twist » : le tube est chauffé et « twisté » comme par exemple dans les modèles ci dessous. On peut aussi rarement les trouver sous forme de plateforme avec trous comme le « Bong mon oeil« )

 

icebang twist
Le icebang est la partie twisté sur un bang acrylique

 

vue de dessus d un icebang
Vue par dessus d’un ice bang en verre

Comme pour les percos, pour leur entretien (voir notre article dédié) nous recommandons les produits et brosses que vous pourrez trouver sur le site comme le limpuro par exemple.

Publié par Laisser un commentaire

Comment remplir un cône pré roulé, ou le fabriquer ?

Si vous aimez fumer des roulées bien faites, sans pli, bien droites, bien belles, mais que n’avez pas envie ou que vous ne pouvez pas rouler, pour une raison ou pour une autre,  il existe des solutions !

Remplir un cône pré roulé

Plusieurs marques proposent des cônes déjà roulés en plusieurs tailles. (voir notre gamme cônes JWare petit, moyen, grand). C’est pratique, on peut les préparer à l’avance, et les transporter avec soi.

Mais comment les remplir ?

1/ Commencez par émietter un peu de tabac à la main dans le cône

main qui remplie un cone A
Emiettez le tabac

 

 

2/ Tassez de temps à autres, au fur et à mesure que vous remplissez avec le tabac, grâce au petit tasseur qui est fourni avec les cônes (JWare) ou avec un petit bâton. Attention allez doucement pour ne pas déchirer le cône !

 

main qui remplie un cone B
Tassez doucement

 

3/ Renouvelez ces deux opérations : remplissage et tassage jusqu’à ce que le cône soit rempli.

 

main qui remplie un cone C
C’est prêt !

 

4/ Enjoy !

Comment fabriquer un cône ?

Nous vous proposons parmi nos produits, la rouleuse conique « Poacher »

Très pratique pour fabriquer des roulées coniques, slim.

1/ commencez par ouvrir la rouleuse, en écartant les deux rouleaux,

  • mettez le tabac, la quantité dépend un peu du type de tabac, et de la compacité que vous désirez avoir à la fin,

2/ mettez le carton,

3/ refermez la rouleuse en rapprochant les deux rouleaux,

4/ faites rouler les rouleaux d’avant en arrière. Il vous faudra un peu d’expérience pour savoir quand ça suffit, mais 2 ou 3 mouvements sont généralement suffisant. (Ca dépend aussi du type de tabac),

5/ prenez une feuille, et glissez la dans la fente entre les deux rouleaux (sans re ouvrir les rouleaux !), avec le collant orienté vers vous,

  • roulez avec le rouleau du bas, en faisant un mouvement des pouces du haut vers le bas pour que la feuille rentre dans l’appareil. Ne faites pas rentrer toute la feuille, mais laissez juste dépasser le collant,
  • léchez le collant,
  • à nouveau roulez, ce qui va faire rentrer le collant et… coller la feuille sur elle même,

6/ c’est prêt !

Les premières fois vous allez peut être rater votre roulée, ça demande un peu d’entraînement. C’est pour ça que Poacher vous offre un paquet de feuille avec ses rouleuses, vous pouvez rater, c’est pas grave. Au bout de quelques essais vous allez y arriver, et après clic ! clac ! en 10 secondes c’est fait. Vous ne pourrez plus vous en passer !

mode d'emploi rouleuse conique
Mode d’emploi rouleuse poacher
Publié par Laisser un commentaire

Comment nettoyer son bang, sa pipe ?

L’entretien d’un bong ou d’une pipe à eau est essentiel si on ne veut pas perdre le plaisir de fumer. En effet le tabac va laisser au fur et à mesure des utilisation des dépôts de goudron, de fumées, et d’autres substances graisseuses et résineuses qui sont vont rapidement donner très mauvais goût et odeur à vos bongs. De plus ces dépôts, mélangés à la salives et à l’humidité de l’eau d’utilisation de ces appareil, voir même parfois à l’eau stagnante que certains utilisateurs peuvent laisser, sont propices aux développement de bactéries renforçant les odeurs et la saleté. Sans entretien certaines partie de votre bang vont finir par se boucher : cuve, canule, plongeur.

Nous vous conseillons deux méthodes. Une avant l’utilisation et une après.

Méthode préventive

Vous pouvez préventivement mettre quelques gouttes d’huile de table neutre (tournesol par exemple, mais pas olive)  dans l’eau de votre pipe/bong. Cette huile va avoir pour effet de venir entourer de graisse les particules de saleté et de goudron qui adhérerons beaucoup moins du coup. Ce n’est pas 100% efficace, mais ça élimine déjà pas mal le saletés, et surtout ca l’empêche de coller aux parois de votre ustensile à fumer.

L’utilisation de grilles au fond de la douille permet aussi de limiter le passage des particules sales, mais en contrepartie, empêche de « couler » la douille en cas d’utilisation « barbare » du bang. En dehors de notre pays, il semble que peux de gens « tombent » les douilles, mais préfèrent fumer doucement et lentement. De ce fait ils utilisent des grilles de différentes tailles, sur des douilles à trous larges. Cela facilite aussi l’entretiens car on a accès au plongeur avec une brosse spéciale (LIEN).

Pour les bong en verre, vous pouvez utiliser des cuves dites « ash catcher » (à récupération de cendres) (LIEN) qui retiendrons prisonnier la plus part des cendre et goudrons, en limitant grandement que le reste de l’appareil se salisse. Vous pouvez également adapter ces cuves sur les bongs en acryliques en remplaçant la cuve métal par un adaptateur (LIEN).

Fréquence d’entretien suivant les modèles et méthode curative

Vous devez aussi entretenir votre bong une fois qu’il a été utilisé. Un grand principe du nettoyage : au plus vous le faite régulièrement, idéalement après chaque soirée ou séance, au mieux ce sera facile. Plus vous allez attendre, plus la saleté va s’incruster et au plus elle sera difficile de l’enlever. Tout en sachant que tout les matériaux ne réagissent pas pareil :

Un bong en bois (bambou) :

ne devra pas être nettoyé avec une méthode humide : l’eau et les produits vont être absorbés par les parois poreuses. Outre le fait que le bambou va se fendre à la longue, les produits seront retenus et ensuite relâchés dans l’eau d’utilisation. De plus ces bongs sont des « nids à bactéries » : l’humidité de l’eau, que ce soit l’eau utilisation ou l’eau de nettoyage vont permettre le développement de bactéries très nuisible. Il faudra juste bien essuyer l’eau et les dépôts avec un chiffon, une brosse douce, le plus possible.

Un bong en acrylique (plastique)

Beaucoup plus résistant à l’eau, mais  au fur et à mesure des années il va devenir poreux, surtout les modèles entrée de gamme au plastique de qualité inférieur et même avec un entretien régulier il arrivera un moment il pourra être bien de changer de bang.

Nous proposons pour cet entretiens divers produits à base de produits bio non agressifs pour l’environnement tel que le LIMPURO, notre best seller, ou encore le Black Leaf Bio Cleaner. L’utilisation de brosses (LIEN) est un très bon complément aux produits d’entretien. Cependant les brosses utilisées seule ne feront qu’étaler les graisses et les goudrons, et n’enlèveront qu’une fraction des saletés, et laisserons le goût.

Une chose intéressante avec les bongs en acrylique et autres plastiques, c’est qu’ils sont souvent entièrement démontables. Vous pouvez retirer le pieds, le plongeur, la douille et ainsi avoir accès à tout les recoins sales. A vous de choisir des bongs démontables.

Les bangs et pipes à eau en verre

Ils ont la grande qualité de ne pas s’abimer au cour du temps. (Bon sauf si vous le laisser tomber bien sûre 😉 ) Le verre ne deviendra jamais poreux, se se fendillera pas, et ne se « micro fissurera » pas. Un ustensile de ce genre bien entretenu pourra rester parfaitement propre, sans odeur et sans goût. Mais là aussi un entretien régulier est de rigueur. Surtout si votre bang est équipé d’un percolateur, l’utilisation d’un produit d’entretien est indispensable, car les brosses ne vous permettrons pas d’accéder à ce percolateur, ni même souvent à la partie réservoir du bang. Nous vous recommandons ici aussi un lavage après chaque session, ou tout du moins un trempage dans de l’eau et quelques gouttes d’un produit de nettoyage jusqu’au lendemain matin, dans une bassine, à l’horizontal à fin que le bong soit entièrement immergé et nettoyé.

La célèbre marque Black Leaf à sortie un nouveau produit surpuissant à l’automne 2019 : le « Bang Shine ». C’est un poudre à l’oxygène actif, a diluer dans l’eau chaude très efficace ! A tel point qu’il ne faut l’utiliser qu’avec les bangs et pipes en verre, et surtout pas le plastique, acrylique, et autre silicone. Cette poudre décollera les résidus les plus collants, incrustrés et tenaces ! Si limpuro et biocleaner n’y arrivent pas, passez au Bang Shine : décrassage assuré !

Ne laissez pas vos pipes à eau en fin de soirée avec l’eau de l’utilisation de la soirée dedans ! videz cette eau, et mettez le à tremper avec un peu de produit de nettoyage !

Méthodes traditionnelles et  alternatives.

On peut voir sur le net beaucoup de recettes maison et autres « trucs de grand » mères (fumeuses), comme l’utilisation de produits agressifs tel que de l’alcool (ethanol), de sels chimiques, acides, et autres décapants. Ils sont souvent efficaces mais aussi dangereux à manipuler, et dangereux pour l’environnement et la santé. De plus les plastiques peuvent être abimés à cause de ces produits ; il deviennent alors plus poreux et retiennent encore plus la saleté et l’odeur. Le remède est donc pire que le mal. Nous vous déconseillons de les utiliser.

Le vinaigre d’alcool est parfait pour enlever les traces de calcaire, mais peu efficace contre les goudrons. De plus il laisse une forte odeur. Il faut alors rinser beaucoup à l’eau, ce qui rapporte des traces de calcaire. Les produits ménagers (savons, produits vaisselle, lessives) peuvent aider, mais là aussi ne sont pas parfait contre les goudrons, car à la base ils ne sont pas conçus pour ça. De plus il faudra les laisser agir assez longtemps, avec de l’eau chaude, et utilisation de brosses sera impérative.

Certains utilisent aussi des boissons gazeuses, ce qui revient cher à la longue. On pourra aussi tester bicarbonate de soude, certains en sont contents.

Enfin d’autres passent leur bangs au lave vaisselle. Efficace mais périlleux, totalement déconseillé pour le modèles en verre, (notamment avec perco, très fragiles). Egalement déconseillé pour les modèles acryliques entrée de gamme peu chers ; la chaleur excessive de l’eau va les abimer voir les déformer, la parois en plastique étant souvent fine et de qualité moyenne sur ce genre de bong entrée de gamme.

Conclusion

Rappelez vous qu’entretenir le plus régulièrement votre bang vous  permettra que cette corvée reste facile ! Il faut juste un peu de motivation.

Vous pouvez vous faire votre propre opinion sur les différentes méthodes, faire vos tests, expérimenter ou tout simplement essayer nos produits  qui ont fait leurs preuves et  dont on ne nous dit que du bien !